L’homme  doit essayer de vivre harmonieusement avec son corps, son environnement, ses proches. Son objectif est d’éviter autant que possible toute souffrance, de favoriser son bonheur et celui des autres. A chaque fois qu’il pose une action, celle-ci a une conséquence. Cette conséquence sera favorable ou non pour lui.

Si je mange pour nourrir mon corps, je peux manger juste la quantité nécessaire et de manière équilibrée; alors il est probable que mon corps réagira en conservant ou en améliorant ma santé.

Si je mange trop, ou si ce que je mange n’est pas de bonne qualité alors mon corps réagira par des malaises, une maladie, je vais donc souffrir assez rapidement.

Si je ne mange pas assez, je vais voir ma santé se détériorer, je vais perdre mon entrain, mon énergie. Toutes mes actions me demanderont plus d’effort. Je peux faire également des malaises, et tôt ou tard si je prolonge le jeûne, je vais souffrir.

Si vous analysez bien tous les domaines de la vie, vous comprendrez que si vous ne répondez pas de manière équilibrée aux besoins de votre corps, alors il s’en suivra à court ou moyen terme des souffrances.

 

arbre__quilibre

 

 

Je peux citer entre-autre les fonctions principales du corps: la respiration, le sommeil, l’alimentation solide ou liquide, l’équilibre calorique, le rythme cardiaque, la locomotion, la sexualité…

Ce qui est vrai pour le corps physique, peut être vérifié sur nos autres corps émotionnel et mental.

Cette loi de cause à effet, liée à nos autres corps n’est pas toujours immédiate. Si d’un point de vue économique, mon intellect évalue ou calcule mal les dépenses en fonction des gains, je risque de prendre conscience des conséquences à travers les dettes que je vais avoir contractées, plusieurs mois après. Ceci dans le cas d’un emprunt ou d’un achat à crédit par exemple.

De même, sur le plan émotionnel, si je m’isole et que je n’ai plus de relations avec mes proches, je risque au bout de quelques jours ou quelques semaines d’être triste ou victime d’une déprime.

Si je suis sans arrêt en contact avec les autres jour et nuit, je vais avoir de plus en plus de mal à les supporter ; alors des conflits vont apparaître.

Donc, sur le plan relationnel, je dois trouver un équilibre.

L’équilibre individuel sera variable, d’une personne à l’autre ou en fonction des attentes de chacun à une période de la vie.

Je préfère à certaines périodes être plus seul, ou encore à d’autres périodes côtoyer, fréquenter beaucoup de monde.

Ainsi nos actes ont toujours des conséquences si l’équilibre propre à chaque personne n’est pas conservé. Nous ne sommes pas toujours à même de prendre conscience des conséquences immédiatement, mais la vie se charge de temps à autre de nous le rappeler. A ce moment nous pouvons être victime de douleurs, souffrances et l’on peut espérer que les leçons qui seront « enseignées » de cette manière seront comprises.

Nous pouvons également être victime d’autres personnes, comme de nos parents. Dans l’enfance et jusqu’à l’âge adulte, nos parents cherchent à nous éduquer mais de par leur propres difficultés, leurs imperfections, leur action est parfois trop forte ou trop laxiste. Dans les deux cas nous en subissons ou subirons les conséquences, car notre propre construction et équilibre dépend de la qualité des actions de nos parents et entourage.

La conséquence des actes qui sont posés peuvent avoir un impact sur une communauté, des pays entiers. Ceci est vrai dans le cas de conflits et guerre entre deux pays; c’est également vrai dans la propagation de maladies contagieuses.

La voie de l’équilibre que ce soit pour un individu, pour un couple ou pour un pays est un objectif qui est toujours instable.

C’est pourquoi nous devons sans relâche essayer de conserver l’équilibre et même l ‘améliorer, sachant que rien n’est acquis définitivement.

Notre mort, si elle est naturelle sera la conséquence d’un déséquilibre des fonctions du corps comme par exemple avec les fonctions circulatoire ou cardiaque, les fonctions d’élimination rénales, la régulation de la glycémie…