Le moi spirituel a devant lui l’éternité.

Ce terme « éternel » est quelque chose de difficilement compréhensible pour l’homme, car comme je le disais, rien n’est éternel sur cette terre et dans notre univers.

Lorsque l’on parle d’éternité, on parle de quelque chose qui n’a pas de fin. Mais on devrait également parler de quelque chose qui n’a pas de début.

Car comme je l’ai montré dans notre univers sensible, tout ce qui a un début a également une fin.

Ce qui n’a pas de début et pas de fin n’a donc pas fait l’objet d’une création. Il existe de tout temps, mais sa nature peut avoir changé ou été modifiée au cours du temps.

 

_toiles_4b

 

Si je prends un lac et que je considère sa composition. Toute la «substance» liquide de ce lac est composée d’eau.

Si je considère l’eau comme étant éternelle, sans début ni fin, je peux voir que cette eau et toutes les molécules qui la composent, vont subir des changements. L’eau va s’évaporer, se condenser en nuages, redescendre sur terre en pluie, couler dans les ruisseaux, dans les fleuves, puis dans la mer.

La quantité de molécules d’eau sur terre va rester la même mais chaque molécule aura vécu une vie propre puis sera revenue à la fin du cycle dans le grand océan.

Nous pouvons appréhender la recherche du moi spirituel comme un long voyage pour tenter de rejoindre la source ou l’océan dont-il est issu.