Le corps humain nous met en relation avec un monde extérieur et un monde intérieur à celui-ci.

 

Le monde intérieur et le monde extérieur sont délimités principalement par un organe de notre corps : la peau.

 

En effet la peau avec son système pileux ou non, nous protège des agressions extérieures : l’eau ou la sécheresse, la chaleur ou le froid, le contact avec les objets qui peuvent être blessants.

 

Bien entendu ce système de protection a ses limites et lorsqu’elles sont franchies, elles déclenchent dans notre être intérieur, un sentiment particulièrement désagréable : la souffrance.

 

souffrance_enfants

 

Je peux par exemple avoir touché un couteau et enfoncé par erreur sa lame dans ma peau. Un liquide rouge et chaud va alors couler autour de la lame, le sang, indiquant que la protection de ma peau a été altérée.

 

Je vais ressentir une souffrance, peu après cet incident, qui va se prolonger dans le temps, tant que la plaie ne sera pas complètement refermée et guérie.

 

Cette sensation de souffrance va avertir mon être que mon corps est en danger. Je dois faire quelque chose pour tenter de réduire, voire de supprimer cette douleur.

 

Nous pouvons assez facilement généraliser et dire que toute souffrance physique, qu’elle vienne de l’extérieur du corps physique ou de l’intérieur, nous signale que l’intégrité du corps ou notre équilibre a été affecté.

 

Face à cette souffrance, nous devons réagir, comprendre les causes et apporter autant que possible les bon remèdes sinon cette souffrance va se prolonger.

 

Si j’ai mal  à une dent, je peux sans doute constater que celle-ci a par exemple une carie et je dois donc me faire soigner si je ne veux pas que ma douleur s’intensifie.

 

La souffrance, dans ce cas, est une « conseillère » qui nous chuchote la chose suivante :

Hé ! Il y a quelque chose qui ne va pas, ne le sens-tu pas ?

Occupe-toi de ton corps car la situation peut s’aggraver si tu ne fais rien.

Dès que tu auras remédié au problème, fais attention que cela ne se reproduise plus !

 

Si cette souffrance n’existait pas, nous ne ferions que peu ou pas attention à notre corps et très rapidement celui-ci ne serait plus en mesure de nous rendre les services que nous lui demandons.

 

Dans certaines situations nous éprouvons du plaisir, mais la souffrance physique vient en contre partie rappeler à tout être humain qu’elle existe et que nous devons la considérer, non pas comme une ennemie, mais comme une conseillère.

Le corps est un instrument fragile, qui évolue dans un monde dangereux.

Nous devons comprendre les lois de ce monde pour ne pas exposer notre corps à de graves dangers et à la souffrance ou à la mort qui pourrait en résulter.

Je dois éviter de tomber, car tout choc violent pourrait être fatal à mon corps.

 

La peur de la souffrance s’acquière rapidement et c’est beaucoup mieux ainsi pour que nous puissions vivre de nombreuses années, toutes plus riches en enseignements les unes que les autres.